entre beaux-frères, les Hesbignons cartonnent !

Samedi 29 décembre 2012, par Alain Léonard // Actualité

« Jouer entre beaux-frères est un avantage »

Les Hesbignons côtoient le haut niveau

Beaux-frères dans la vie, le Waremmien Laurent Defrenne (23 ans) et l’Orétois
Benjamin Jenné (25 ans) utilisent à bon escient leur grande complicité. La paire qu’ils ont formée au badminton « pète des flammes », avec neuf succès et une finale lors des dix tournois disputés depuis le mois d’avril. Et c’est tout sauf un hasard

Il y a un an et demi, Laurent Defrenne et Benjamin Jenné décidaient de se lancer dans des tournois en double messieurs. Bien leur en a pris car leur paire
n’en finit pas de progresser. « On jouait chacun de notre côté puis j’ai rencontré sa soeur (Sarah) et on s’est dit une fois qu’on jouerait bien ensemble. On s’est alors retrouvé pour des interclubs à Waremme et on a commencé à disputer
des tournois. Au début, on voulait juste faire bonne figure. Mais avec le temps, les résultats ont commencé à suivre. Et cette année a été riche en succès puisqu’on comptabilise neuf victoires et une finale lors de dix tournois disputés depuis le mois d’avril. Et comme six ou sept d’entre eux étaient des tournois qualificatifs pour une éventuelle montée en
série A, on a pu accéder à ce niveau », explique Laurent Defrenne, Waremmien de 23 ans finalement à moitié étonné par la réussite de la paire « newlook ». « On s’entend vraiment bien donc cela se ressent sur le
terrain. On se comprend et on sait comment l’autre va réagir. C’est forcément un énorme avantage,
même si on ne peut évidemment
jamais prédire que les résultats seront
aussi bons. »
La complicité est réellement le
mot d’ordre dans leur relation.
Ils nous confiaient d’ailleurs
tous les deux qu’il leur était impossible
d’avoir des coups de
sang sur l’aire de jeu. « On s’entend
bien et on reste positif peu
importe la situation, alors que
d’autres joueurs ont peut-être tendance
à s’énerver quand cela ne
tourne pas pour eux », lancent-ils
en choeur.
Passés en série A, les deux
beaux-frères vont débuter une
nouvelle vie dans le badminton.
« Il y aura moins de tournois au
programme de la saison car beaucoup
de compétitions ne vont pas
plus haut que les B1. Mais le niveau
sera plus élevé, on le sait »,
commente Laurent Defrenne.
« Et on n’hésitera pas à réaliser
quelques déplacements, cela ne
nous pose pas de souci. On a
d’ailleurs participé à un tournoi à
Ostende la semaine dernière et à
une épreuve en France l’année
passée pour nous mettre un peu
dans le bain. On sait un peu à
quoi s’attendre. Et nos résultats
ne se sont pas seulement dus à
notre bonne entente. Notre passion
nous prend du temps et on
travaille pour arriver à un certain
niveau. On cherche à s’amuser
sur le terrain mais aussi à réaliser
de bonnes performances. Et cela
ne vient pas tout seul, évidemment
 », ajoute Benjamin Jenné.
Avec cet état d’esprit là, les deux
Hesbignons ne sont certainement
qu’au début d’une belle
aventure

JPEG - 11.9 ko

ILS DIRIGENT DES JEUNES À WAREMME

Laurent Defrenne (Waremmien de
23 ans) et Benjamin Jenné (Orétois
de 25 ans) ne se contentent pas de
tirer la quintessence de leur binôme
dans des tournois en double, ils font
aussi profiter la relève du matricule
waremmien de leur entente et de
leur vécu. Ils sont en effet tous les
deux coaches dans la capitale hesbignonne.
« En fait, on a en charge à peu près
le même groupe, Benjamin le mercredi
et moi le vendredi. On s’occupe
de joueurs allant de 7-8 ans à 15-16
ans. On réunit les joueurs par niveau
et je m’occupe essentiellement des
débutants. J’aime beaucoup entraîner
et c’est un aspect que j’aimerais encore
développer dans le futur. Et les
jeunes peuvent aussi compter sur
d’autres entraîneurs de qualité, à savoir
deux B1 et un ancien A. Il y a
du potentiel au club », commente
Laurent Defrenne dont les propos
étaient directement corroborés par
Benjamin Jenné.
« C’est bien de réaliser des résultats
et d’acquérir de l’expérience mais
c’est tout aussi important de mettre
tout cela à profit. Cela m’intéresse
donc beaucoup de m’occuper de la
formation des jeunes, de leur donner
des bases pour les aider à progresser.
 »
Et comment !

source :la meuse Huy-Waremme du 29-12-2012